En 2011


A propos de l’affaire Médiator

Communiqué de presse du 3 janvier 2011

Mis en ligne le 3-01-2011
POUR EN SAVOIR DAVANTAGE SUR LE SUJET, CONSULTEZ NOTRE DOSSIER MEDIATOR.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux tient à exprimer, avec la plus grande sincérité, sa solidarité envers l’angoisse de tous les patients qui ont pu prendre du Médiator et tient à apporter son soutien et sa compassion à tous ceux qui présentent une pathologie imputable à la prise de ce médicament.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux demande instamment à tous les cardiologues français de recevoir, dans les meilleurs délais compatibles avec leur exercice, tous les patients qui le nécessitent.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux comprend l’anxiété des patients, mais les incite à accepter les délais de quelques jours à quelques semaines, en fonction de la demande du médecin traitant, dans certaines régions où la démographie des cardiologues est faible.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle aux cardiologues les conditions de surveillance échocardiographique recommandées par la Société Française de Cardiologie (www.cardionews.com ou www.sfcardio.fr) et les incite à les respecter à la lettre et à participer aux registres de surveillance spécifiquement mis en place par celle-ci.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux répond à la demande de Monsieur le Ministre du Travail de l’Emploi et de la Santé en demandant à titre exceptionnel aux cardiologues de pratiquer le tiers payant dans la mesure du possible pour les patients en ALD qui le souhaitent et attire l’attention des Caisses d’Assurance Maladie sur l’application ou non de la participation forfaitaire de dix-huit euros pour les autres patients.

Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle aux Caisses d’Assurance Maladie que les cardiologues ne sont en rien responsables des prescriptions de ce médicament et que de ce fait la suractivité occasionnée par le traitement de ce problème majeur de santé publique ne saurait leur être imputée.

En conséquence, le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux estime à plusieurs centaines de milliers le nombre d’échocardiographies supplémentaires qui pourraient être réalisées et demande solennellement et préventivement aux Caisses d’Assurance Maladie de neutraliser cette activité des statistiques qu’elles ont l’habitude de réaliser et notamment de reporter la campagne de contrôle de cette activité qui devait être mise en place en début d’année 2011.

Paris, le 3 janvier 2011

Contact :
SNSMCV 13 rue Niepce 75014 Paris - Tél 01 45 43 70 76 — 06 07 64 32 48
cœur@club-internet.fr


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP