En 2008


A propos de la reprise des négociations conventionnelles

Mis en ligne le 15-07-2008

1°) Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle solennellement aux négociateurs, à l’UNCAM et à l’UNOCAM, son attachement à voir la cardiologie impliquée dans la mise en œuvre du secteur optionnel.
Bien conscient de la volonté des partenaires à ne prendre en considération au départ que des groupes d’actes techniques, le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux demande expressément que soient impliqués tous les actes concernant la cardiologie interventionnelle et la rythmologie interventionnelle dans un premier temps, puis tout le reste de la cardiologie dans un second temps.

2°) Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle solennellement aux négociateurs l’absolue nécessité de prendre en considération les astreintes réalisées par les cardiologues libéraux bénévolement depuis de nombreuses années tant dans les services accueillant des urgences des établissements privés, que dans les services de cardiologie interventionnelle et de rythmologie interventionnelle des mêmes établissements.
Faute d’un accord de prise en charge des astreintes des cardiologues concernés, le Syndicat s’associera au préavis de retrait prévu le 1er août.

3°) Le Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux rappelle avec énergie que le principe d’aucun acte perdant doit être intangible dans la mise en œuvre de la 3e étape de la CCAM technique.
Il rappelle la nécessité de missionner un organisme indépendant pour établir le juste coût de la pratique de la cardiologie interventionnelle, comme prévu à l’avenant 23.

Paris, le 8 juillet 2008

du Docteur Jean-François THEBAUT, Président.


Transformer l'article ci-dessus en PDF


 
 
Page d'accueil du site   |   Ecrivez-nous  |
© 2014 SNSMCV - Site réalisé à partir du moteur SPIP